PODOR/ LES FEMMES DE L’ÎLE A MORPHIL EN COLÈRE INVESTISSENT LES RUES

Île à Morphil à l’initiative des associations et groupements de Femmes plus de 40 villages se sont donnés rendez-vous ce matin à Cas Cas pour crier leur colère après le décès en cours d’évacuation de 2 de leurs soeurs qui perdent la vie en la donnant en l’espace d’un mois. Pendant ce temps les travaux du Centre de santé de Cas Cas sont à l’arrêt depuis 2006 après 80℅de taux de réalisation.



Les deux jeunes femmes sont mortes au cours de leur évacuation sur les structures sanitaires de référence que sont Pété, Ndioum et Ourossogui. Le dernier cas en date a eu seulement une semaine jour pour jour. Elle laisse quatre enfant, un mari et des populations abasourdis. Suffisant pour mettre toute l’Île dans l’émoi et une incommensurable colère. D’abord chez les femmes qui vocifèrent plus jamais ça! Perd la vie en donnant la vie. Non ont elles martelé en chœur aidées par tous les habitants de plus de 40 villages lors de la marche autorisée par le Sous Préfet de Cas Cas. Pour rappel un Centre de Santé est en chantier depuis le début du régime d’Abdoulaye Wade sous le magistère d’Eva Marie Coll Seck. Les travaux sont à l’arrêt depuis 2006_suite au décès de l’entrepreneur (un mbacké-mbacké
Baol Entreprise) alors le chantier se situait à 80℅de taux de réalisation. Hawa Moussa Tall et ses outrées par cette situation ont envahi les rues de Cas Cas pour réclamer au Président Macky Sall l’achèvement et la mise en service de l’infrastructure sanitaire le plus rapidement que possible. Et cela en dépit des pressions et menaces des responsables politiques de la zone. Mais les populations de l’île à Morphil sont plus que jamais déterminées à défendre leurs intérêts. Chaque année surtout pendant l’hivernage pour se soigner, pour des consultations prénatales elles traversent le fleuve Sénégal pour se rendre en Mauritanie. Autres doléances soulevées par les marcheurs l’érection de Cas Cas en commune, la poursuite de l’électrification au profit De nombreux ménages. Ils ont en outre salué la construction de la route dite “dorsale” de près de 150 kms, des bretelles de Medina Ndiathbé, de Ngouye, de ponts et des aménagements hydroagricoles.
Podorinfos



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here