« Ndogou »: les politiciens se jouent des pauvres

Les responsables politiques qui distribuent des sachets « ndogou » dans leur ville ou quartier avec leur photo dessus, je veux bien savoir quel est votre projet ? Il est politique, religieux ou les deux à la fois ?

Il est vrai que dans cette vie ici-bas, nous sommes soumis aux fatigues, aux charges familiales et sociales, à la pauvreté, à de grands événements, et l’homme ne peut pas se passer de son frère ; celui-ci l’aide, l’encourage, le réconforte dans les moments difficiles et dissipe ses tourments, en espérant recevoir la récompense et en recherchant le mérite.

Et ainsi, la société est construite sur des bases solides et des règles fermes dans un système de solidarité et d’entraide. Et parmi les aspects les plus évidents de la solidarité, il y’a l’AUMONE donnée volontairement qui est une preuve de la sincérité de la foi.

C’est la tendresse et la miséricorde sans bornes qui poussent le musulman à faire le bien, à aider l’affligé, à porter assistance à celui qui est dans le besoin, à être bienfaisant envers les pauvres et les miséreux, à être bienveillant envers les veuves, à essuyer les larmes des orphelins, être bienfaisant envers eux et mettre la joie dans leurs cœurs.

Tout ceci est tellement bien en tout temps, mais surtout durant le mois de Ramadan. Durant cette période il est bien recommandé de partager avec les indigents, ceux qui vivent dans la pauvreté et qui gardent surtout la dignité.




Allah (qu’Il soit exalté) a dit : « Ceux et celles qui font la charité et qui ont fait à Allah un prêt sincère, cela leur sera multiplié et ils auront une généreuse récompense ».

Il est dit que l’aumône donnée en secret éteint la colère du Seigneur ; Elleprotège celui qui la donne de l’enfer, nettoie et purifie les âmes …

Et si nous désirons obtenir ces grands mérites, nous devons respecter les principes de l’aumône, qui doit provenir d’un bon gain et d’un argent licite car Allah est bon et Il n’accepte que ce qui est bon.

L’aumône doit être sincèrement donnée pour la satisfaction d’Allah et ne doit pas être donnée pour que les gens nous voit ou pour que l’on parle de nous ; l’intention de celui qui donne l’aumône doit être dirigée vers Allah (qu’Il soit exalté). Les actes n’ont de valeur que selon leurs intentions, et chaque homme est récompensé selon son intention.

Tous les bienfaits du secret de l’aumône ne sont-ils pas meilleurs que l’ostentation qui accompagne la distribution des sachets ou paniers « ndogou » ? On les rencontre avec des caravanes sillonnant le quartier, des fois même avec une sirène hurlante, des jeunes habillés avec des t-shirts à l’effigie du donateur…C’est quoi le projet ?

Si c’est un projet politique, je vous dis tout de suite que vous risquez d’avoir l’effet contraire de ce que vous recherchez. Je vous informe que dans les maisons vos sachets sont comparés. Nous les défaisons avant d’évaluer leur contenu : un croissant (100 F), un sachet de lait (100 F), un stick de café (50F), du sucre (25F) ; le tout à 275 F.

Dans la famille quelqu’un se lève pour nous lancer : « votre leader là avec tout ce bruit et ses jolis sachets vous a offert 275 F alors que pas plus tard qu’hier vous vous moquiez du mien qui au moins était à 350 F »…Tchimmm !




Il y’a aussi toujours Moussa sur sa natte de prière qui lancera « vous êtes tous pareils. On crie partout qu’on vous donne l’aumône avant de vous la donner. Pire on vous la donne avec sa photo pour que jamais vous ne puissiez oublier votre bienfaiteur. On vous tue mais on vous vole aussi votre âme. Quelle honte ! »

La splendeur et la beauté de l’Islam interdit de rappeler à quelqu’un un bienfait et de donner l’aumône pour être vu par les gens, car c’est une diffamation, une calomnie pour celui qui demande un bienfait, un rappel de sa pauvreté et une douleur pour ses sentiments.

Si les bienfaiteurs savaient ce que les pauvres ressentent en demandant un service, comme la souffrance, l’abaissement et le désespoir, ils ne leur rappelleraient pas le bienfait (l’aumône) et ils ne leur auraient pas fait absorber le défaut de la pauvreté et l’amertume de l’ostentation.
Les hommes généreux et les bienfaiteurs sont très nombreux mais nous ne devons pas abaisser les hommes avec notre argent, ni les asservir.

Donc, celui qui est doué d’intelligence rivalise dans le domaine des bonnes œuvres en préservant les liens de parenté, en accomplissant le bien et en étant bienfaisant ; il dépense l’argent en le donnant aux pauvres touchés par la misère et les gens pensent qu’ils sont riches parce qu’ils s’abstiennent de demander de l’aide aux autres alors qu’ils souffrent de la douleur de la faim, de la pauvreté et de la difficulté ; la honte et la grandeur d’âme les empêchent de tendre leurs mains pour demander de l’argent ; ils ne font pas partie de ceux qui ont pris la mendicité pour métier et qui s’y sont accoutumés jusqu’à ce que certains parmi eux sont devenus des gens aisés et riches.



Et nous appelons les gens à se repentir pendant le mois de Ramadan afin qu’Allah dissipe l’abaissement et la faiblesse de notre communauté.

Quand vous faites une aumône, dissimulez-la de façon à ce que la main gauche ne sache pas ce que faisait la main droite.

Votre façon de faire est interdite par la religion et inefficace politiquement.

Que cherchez-vous alors ?

Souleymane Ly

Spécialiste en communication

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here