La journée de Donald Trump : menaces nord-coréennes et chantage pour le mur

La Corée du Nord a menacé dimanche 23 avril de couler le porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Carl Vinson alors que deux contre-torpilleurs japonais ont entamé un exercice militaire avec le groupe aéronaval dans l’ouest du Pacifique.
Le président américain Donald Trump a ordonné il y a deux semaines au Carl Vinson de faire route vers la Corée en pleine escalade des tensions avec Pyongyang. Washington n’a pas précisé depuis cette date où se trouvait l’escadre américaine, le vice-président Mike Pence se contentant de dire samedi qu’il serait « d’ici quelques jours » en mer du Japon, qui baigne les côtes coréennes et japonaises.
L’arrivée du Carl Vinson pourrait coïncider avec le 85e anniversaire de la création de l’Armée populaire de Corée (du Nord), mardi, célébration qui pourrait être l’occasion d’une nouvelle démonstration de force de la part de Pyongyang et peut-être d’un sixième essai nucléaire. « Nos forces révolutionnaires sont en ordre de combat pour couler le porte-avions américain à propulsion nucléaire d’une seule frappe », a assuré dimanche le journal du parti unique au pouvoir en Corée du Nord, Rodong Sinmun.
Le premier ministre japonais Shinzo Abe a dit lundi qu’il avait convenu avec le président américain Donald Trump de rester en contact étroit au sujet de la Corée du Nord, tout en exhortant Pyongyang de faire preuve de retenue dans un contexte de montée des tensions dans la région.
Le président chinois Xi Jinping a appelé à la « retenue » vis-à-vis de la Corée du Nord lors d’un appel téléphonique avec son homologue américain. La Chine « espère que toutes les parties fassent preuve de retenue et s’abstiennent de toute action de nature à aviver les tensions dans la péninsule », a déclaré M. Xi, selon la télévision publique CCTV.

lemonde.fr




LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here