La communauté maure de Podor, origines et déclin (suite)

  • La communauté maure de Podor, origines et déclin (suite)en 1990, la langue hassanya, venaient d’être codifiée ; ainsi, elle rejoignit ses sœurs, qui l’ont été un peu plutôt.
    Des démarches, entreprises auprès des autorités nous ont permis de savoir
    Qu’il fallait une dynamique, et des moyens substantiels, pour la mise en œuvre du manuel, pour les contenus des enseignements apprentissages, et enfin des classes pour les dispenser.
    Malheureusement les leaders qui devaient porter, ces projets de développement, ont finalement faillit
    en mettant en avant, la politique politicienne, ou parfois, la mise sur pied de troupes folkloriques, pour animer les meetings et d’autres types de manifestations.
    L’hassanya, qui est dérivée de l’arabe, allait connaitre un autre problème, concernant, sa nouvelle codification à base de caractères latin.il est difficile d’avoir une prononciation nette avec cette nouvelle forme d’écriture. ce vaste chantier est resté intacte.
    En 1989, les douloureux évènements intervenus entre le Sénégal et la Mauritanie, ont vu des familles entières rejoindre leur parent de l’autre rive, emportant du coup leur savoir-faire, artistique et culturel.
    Par ailleurs le phénomène dont subit la communauté, résulte, sans doute, du wolof qu’elle a adoptée comme langue d’emprunt, parce qu’étant relativement la plus parlée, suivît de la langue Poular, qui n’a pas échappé, à cette domination langagière.
    Dans les maisons, les parents maures s’adressent à leurs enfants, dans une langue qui n’est pas la leur, en contribuant à leur déracinement imminent.
    Une langue, à notre avis, c’est d’abord un environnement, ensuite une pratique.
    Nos ainés ont eu la chance de vivre avec nos grands-parents, qui gardaient par devers eux les stigmates de la tradition maure, ils amenaient également leurs enfants apprendre le coran chez le boutiquier bédouin du coin, et cela participait à renforcer ses capacités en communication dans cette langue.
    Ce qui n’est pas le cas, aujourd’hui, pour cette nouvelle génération.
    Cette communauté, fortement métissée, est en train de s’user, de se perdre, et va vers le déclin….

Moussa Dieng IPRES PODOR

Podorinfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here