ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR / MAMOUR GUEYE UN PODOROIS SUR LE TOIT DE L’AFRIQUE

Enseignement Supérieur /Mamour Gueye sur le toit de l’Afrique

Au moment où le monde préparait la célébration du Maouloud marquant la naissance du sceau des prophètes, le nom de Mamour Gueye retentissait quelque part dans le temps et l’espace d’Afrique. Au Gabon, pays d’El Hadji Omar Bongo du nom d’El Hadji Omar Tall le fils d’Alwar près de Podor, le nom d’un génie, digne fils de Podor, était proclamé. Oui ! Prophète parmi les pairs, en cette nuit du prophète, le nom de Mamour perçait la nuit, fusant et brillant de lumière pour aller se graver a jamais au tableau des gloires, au firmament des distinctions. Monsieur Mamour Gueye se classait ainsi premier au concours d’agrégation organisé par le CAMES (Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement
Supérieur).
Mamour s’est encore distingué. A l’image de son prophète dans le monde, de ses grands parents El Hadji Oumar Tall ou Cheilh Ahmadou Bamba où de ses collègues Cheikh Anta Diop et autres Senghor, Mamour confirmait qu’aux âmes bien nés il n’est rien de trop grand. Il l’a fait et l’on s’y attendait. De l’élémentaire a l’université ce natif de Thioffy n’a jamais cédé le premier rang à personne. Le mérite est grand ! Un agrégé de médecine humaine et particulièrement de chirurgie obstétrique n’est pas chose commune. Ses proches témoignent que Mamour n’a jamais atermoyé dans ses objectifs.
Pour Mansor Diallo, Son maître d’école à l’élémentaire, cette consécration relève de l’évidence car de bonne heure déjà, l’enfant de Thioffy Podor dégageait une assurance sans commune mesure qui impressionnait jusqu’aux adultes. La même assurance qui impressionna le jury du concours et ce peloton de 12 autres excellents africains qui figuraient aux joutes.
Il (Mamour) rappelle Rabelais et ceci entre dans le cours normal des choses. Quand il décide d’y aller ou d’en faire partie, Il est le meilleur ou il n’y est pas. Le mérite est d’autant plus grand qu’il est nimbé d’espoir. L’espoir d’une attente africaine. Une Afrique qui attend de ce digne fils qu’il poursuive sa passion. Sa passion à servir, servir les femmes africaines, servir la Vie, servir l’Afrique pour que ses filles ne meurent plus en donnant la vie.
Bravo Frérot ! Chevauche encore ta trajectoire ! Monte encore plus haut. Ramène-nous d’autres motifs de joie et de fierté aussi intenses. Vogue, vogue sur les crêtes des vagues du savoir utile et constructeur dont du tu as fait tien. Fonce ! Fonce encore! Ton chemin que nous bénissons, sois en sur, sera cadencé de prouesses …
Tendues, nos oreille guette tes performances à-venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here