2ème partie de Saré-Thioffy

1
210 vues

Le commerce étant au départ la première occupation des français ,les tenants de ce domaine ,notamment Rouen ,Bordeaux ,Marseille etc…. ,après Saint-Louis ,ne tardèrent pas à venir s’installer à Podor.

Pour mieux  attirer commerçants et traitants ,Faidherbe  initia un premier lotissement de Podor en 1857 ,avec 70 concessions occupant l’espace limité  à l’Est par le fleuve Sénégal , à l’ouest la Rue qui part du Poste de Santé Ibrahima Sy ,jusqu’au marché et se poursuivant au Sud par la Rue qui passe devant le Studio  Thioffy de Oumar ly.

Au SUD ,le lotissement s’arrête  à la Rue qui sépare l’Ecole Maternelle et la Pharmacie du Dr Souleymane CiSSE.

Au Nord ,le lotissement  s’arrête net à la Rue qui va de l’embarcadère jusqu’à son croisement avec la Rue qui longue le poste de santé.

C’est dans cet espace ,au bord du fleuve ,que sont installés les comptoirs français.

De l’embarcadère (Teine Yacine ) en allant vers le SUD ,nous avons trouvé : La Maison Oldani  devenue La Maison Lakhméry ( aujourdh’ui occupé par l’Auberge Le Tekrour  de Eric Sylvestre),la Maison VQ  Petersen (Maison de l’Amitié Mission Catholique) ,Cie F.A.O. – Compagnie Française de l’Afrique Occidentale- de nos jours  ,une partie revendue par Dr Hamat BA est occupée par la Cour du Fleuve de Gérard Cénac , la partie  restante ,occupée par une partie des membres de la famille du Dr.

Traversant la rue en allant vers le Sud ,nous avons la Maison Maurel &Prom  ( occupée de nos jours par les SŒURS  ), puis la Maison Peyrissac  rachetée par le Commerçant El-Hadj Mawdo DIOP , vient ensuite le local qui a abrité à l’époque  coloniale la Brigade de Gendarmerie(le dernier CB ,était Mr YORCHE en 1960 ) puis est devenu le Trésor Public qui a connu deux chefs :El-Hadj Mansour SY et El-Hadj Mbagnick DIOUF. Ce local ayant été démoli ,l’achèvement des travaux de reconstruction débutés depuis 2006 ,n’a pas encore connu un terme ,depuis onze ans !Nous sommes en 2017 !

C’est au niveau de cet immeuble que nous avons les maçonneries qui permettaient aux bateaux d’accoster et aux usagers d’emprunter les escaliers pour joindre les embarcations.

La  Rue ,une fois traversée ,nous avons la Maison Buhan Tesseire :ceux de mon âge ont connu cette Maison  comme appartenant  à Jean Négri ,patriarche de la famille Négri. Cette maison a été rachetée par un commerçant Abdoulaye Guèye ;des membres de sa famille l’occupent de nos jours.

Jouxtant  cette Maison ,nus avons les locaux de du Comptoir Dévès-Chaumet. La partie qui suit la maison Buhan Tesseire , occupée par la Famille Baba  Tall ,avait été par la Famille Yakhoub Ould Cheikh Sidiya ; la partie qui suit ,avait été rachetée par le Commerçant Doudou SOW. Sa famille l’occupe de nos jours.

En allant vers le Sud ,nous avons les locaux qui abritaient les Messageries du Sénégal :le local au bord du fleuve servait d’entrepôt et la partie Ouest  servait de bureaux. Deux frères jumeaux ,les Frères Kébé , occupaient les fonctions aussi bien à Saint-Louis ,qu’à Podor. L’existence des Messageries à Podor ,témoigne la vitalité du trafic fluvial d’une part et d’autre part de l’importance de l’Escale portuaire de Podor. Les locaux avaient été rachetés par la famille Yakhoub ;la partie Ouest avait servi de Salle de Cinéma :Cinéma Yakhoub.

Vient  de nos jours l’Ecole Hamat BA ; elle occupe l’emplacement des magasins de la  Cie F.A.O.

De l’autre coté de la Rue ,les locaux ont abrité la première Brigade de Gendarmerie ,Le Secteur des Eaux et Forets, a servi de bureaux et magasins de l’ONCAD ,de Bureau des Anciens Combattants,de Bureaux pour L’Inspection de l’Enseignement  Elémentaire ,d’habitat du Préfet Adjoint ,de locaux de la chambre des Métiers.

Par Abdourahmane NIANG

A SUIVRE  

PODORINFOS.COM

1 COMMENTAIRE

  1. Merci infiniment, Kaaw Abdourahmane Niang, pour ces belles pages de l’histoire de cette bonne ville de Podor. Nous sommes arrivés à Podor, en 1958, un immense engin était entrain de planter les énormes éléments de fer qui sont les piliers du quai, et pourtant nous n’avions pas trouvé toutes les maisons que vous avez si bien décrites. Je demande si M Yorsh est le remplaçant de Canudas qui a eu un problème avec le drapeau à l’Indépendance. Ensuite, c’est comme si la rue à l’est de celle du bord du fleuve, lieu des grandes maisons, était plus réservée au détail, Dévès Chaumet avait la boutique de détail tenue par Amadou Ndiaye Thierno, Maurel avait la sienne,et les libanais, venus les derniers et certains riches maures (Nadim, Antoine Kartabani, Araman). Encore merci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here